L’internet des objets est un réseau d’objets, de biens, d’appareils, de machines et de personnes qui sont interconnectées. Ces réseaux permettent,  par le biais de systèmes d’identifications  de communiquer des informations entre différents objets physiques et virtuels. Ainsi Internet n’est plus qu’un réseau invisible mais il prend forme dans ces objets.

A quoi cela sert-il ?

Depuis un certain temps l’apparition et l’utilisation d’objets connectés est omniprésente et les consommateurs en raffolent. Ainsi prenons un exemple de l’Internet of things dans la vie quotidienne, légèrement futuriste : Votre réveil connecté à votre smartphone s’est programmé tout seul grâce à votre agenda électronique, ce même réveil a programmé le grille-pain pour que votre tartine saute en même temps que le café est servi. Votre voiture a programmé l’ouverture des portes de votre garage etc .. C’est ainsi que l’IOT prend forme dans la vie de tous les jours.

Sur le long terme ce qui est à prévoir c’est la totale autonomie des objets connectés. Cela est permis grâce aux capacités d’analyse et de perception de ces systèmes. Leur capacité d’apporter une réponse dans  n’importe quelle situation s’apparente même à une forme d’intelligence artificielle. Le développement de l’Internet of things est donc bénéfique au développement économique car le “ cyberobjet “ permettrait de créer non plus des objets connectés mais de véritables agents économiques utiles à la société.

The internet of things est composé de six types de systèmes différents :

  • l’identification : elle permet d’identifier des objets et de recueillir leur données
  • de capteurs : recueillir des informations de l’environnement pour améliorer le dispositif
  • une connexion : connecter les systèmes entre eux
  • une intégration : intégrer les systèmes entre eux
  • le traitement des données : stocker et analyser des données
  • des réseaux : transférer ces données entre le monde physique et virtuel.

L’internet des objets est une technologie d’avenir qui va bouleverser le monde des entreprises mais aussi des consommateurs.

Article écrit par Luke REFOUNI

Répondre