Non classé

Les voitures électriques, une fausse bonne idée ?

En ce moment précis, vous êtes probablement sur votre ordinateur portable, votre tablette ou sur votre smartphone. Si tel est le cas, vous partagez un point commun avec les voitures autonomes. Troublant non ? Et oui, vous utilisez une batterie au lithium. Bien qu’encore peu connu, cet élément chimique fait aujourd’hui partie intégrante de notre vie, puisqu’il est présent dans la quasi-totalité des batteries actuelles. Et la demande n’a pas fini de croître, puisque tous les projets actuels sont dépendants de ce précieux composant, notamment pour la gigafactory de Elon Musk, qui va être la plus grande usine mondiale de production de batterie.

 

Les voitures électriques sont dévoreuses de lithium

 

En effet, Elon Musk a récemment déclaré : « Pour produire un demi-million de Tesla par an, il nous faudrait absorber pratiquement toute la production mondiale de lithium ». Ainsi, la batterie d’une Tesla contient 63 kilogrammes de lithium, soit la quantité présente dans 10 000 smartphones… De ce fait, la production mondiale a explosé ces dernières années, pour atteindre 32 500 tonnes en 2015, soit une augmentation de 45% par rapport à l’année précédente.

Par conséquent, le prix du lithium a ses dernières années explosé, comme le montre le graphique ci-dessous.

dfghj

 

Un élément qui se raréfie

 

33ème élément le plus important sur Terre, le lithium n’est a priori pas rare. Mais, il faut savoir que cet élément est difficile à extraire et que seulement certaines terres contiennent du lithium qui puisse être extrait. En effet, le lithium est en grande partie dissout dans l’eau. Par conséquent, les réserves de lithium sont limitées et non renouvelables. Elles sont aujourd’hui estimées à 14 millions de tonnes. Selon un rapport de la Commerzbank, avec la consommation actuelle, cet élément aura disparu en 2050…

 

Une vision de la réalité tronquée

 

Ainsi, les moteurs électriques, présentés comme l’avenir, ne sont peut-être pas la meilleure des alternatives au moteur thermique. L’enjeu principal reste, comme vous l’aurez compris, la batterie. Son efficacité et son autonomie pose problème. Mais avant tout, c’est le lithium qui reste un frein, de par sa raréfaction. De plus, la production électrique mondiale reste aujourd’hui issue en grande partie de la combustion d’énergie fossile ou de réacteurs nucléaires, qui sont dans les deux cas des formes de production non renouvelables.

En somme, la pensée selon laquelle les voitures électriques sont inoffensives pour l’environnement est erronée. Néanmoins, elle reste une meilleure alternative aux voitures thermiques, en attendant l’arrivée de nouvelles technologies…

Répondre