Nanotechnologies

Les nano-aliments : comment ça marche ?

Les nanotechnologies ont commencé à s’appliquer au domaine des aliments lorsque l’on a assigné à des molécules biologiques des fonctions très différentes de celles qu’elles possédaient déjà par nature. Bien qu’il ne semble n’y avoir aucune limite quant aux bouleversements que vont apporter ces technologies, on peut d’ores et déjà délimiter différents domaines d’applications. En effet, on parle de nano-alimentation quand les nanoparticules, ou nanotechnologies sont utilisées pendant la cultivation, la production, la transformation ou l’emballage de l’aliment. La nano-alimentation ne concerne pas les aliments dont la structure atomique est modifiée ou les aliments produits par des nanomachines.

Les nanotechnologies présentes avant même l’élaboration de l’aliment :

Aujourd’hui, l’un des domaines de prédilection des nanotechnologies reste l’agriculture : une nouvelle composition nouvelle des intrants sur l’exploitation agricole permet de produire des engrais, des traitements de croissance destinés aux plantes ainsi que des pesticides plus puissants qui répondent à des conditions et des cibles précises. Il est inutile de préciser que ces engrais et ces nanoparticules sont intégrés par l’organisme de la plante et sont traçable jusque dans nos assiettes.

Les nanotechnologies au sein même des aliments :

De plus, nous côtoyons les nano-aliments tous les jours, de par leurs propriétés « améliorées » : que ce soit les boissons non alcoolisées, les glaces ou les frites classifiées et commercialisées comme aliments « diététiques », tous les aliments contenant des parfums plus forts des « arômes », des colorants, des additifs nutritifs sont des nano-aliments.

Les nanotechnologies dissimulées dans les emballages alimentaires :

Mais la catégorie des nano-aliments est bien plus large que ça, puisqu’elle englobe aussi tous les aliments conditionnés à avoir une durée de vie plus longue : en effet, grâce aux nanotechnologies, il est possible d’augmenter la durée de vie des aliments en rayon. Par exemple on peut désormais augmenter la vie en rayons d’un aliment en détectant son niveau de détérioration. Si certaines bactéries commencent à apparaître, ou si certains nutriments commencent à disparaître, un mécanisme complexe va permettre, en réponse, la libération d’agents antimicrobiens, de saveurs, ou de colorants, et l’aliment sera encore consommable. Mais à quel prix ?

Répondre