Véhicules autonomes

Peugeot Instinct ou l’atopie automobile

Vous savez qu’aujourd’hui le style est devenu un des éléments, voir l’élément déterminant dans l’achat de votre véhicule, à présent l’automobile autonome s’ouvre au monde de l’esthétique et du design.

Pour traiter de style et de véhicule autonome, deux mots qui ne sont pas antinomiques comme vous allez le voir, nous allons nous intéresser aujourd’hui au Peugeot Instinct, un « Shooting-brake », traduisez break de chasse. C’est une forme très appréciée ces dernières années particulièrement dans le premium allemand mais qui n’est pas pour autant absente de l’histoire de Peugeot, en témoigne sa double inspiration d’une part la 504 Riviera badgé Pininfarina et d’autre part la 407 Elixir.

Mais qu’est-ce qu’Instinct alors ? Un véhicule autonome passé par le bureau de style de Peugeot ?

Non ce concept ne vient pas seulement montrer la tendance d’un véhicule en devenir, en faisant évoluer le concept de véhicule de mobilité personnel, Instinct transcende ce qu’est le véhicule dans sa définition historique. Parle-t-on encore de l’objet voiture ou simplement du concept de mobilité ? Il semble qu’instinct plus que le véhicule interroge les problématiques à venir : la voiture comme extension du domicile principal ? Quelle activité s’offre à nous dans notre véhicule autonome et comment en proposer un maximum dans un espace réduit ?

Vous qui considérez sûrement comme moi la voiture comme un objet à part entière, comme l’expression du sommet d’une hiérarchie en matière de progrès technique adapté à l’usage quotidien. Je dois bien admettre qu’Instinct participe à faire tomber l’automobile de son piédestal. En effet, il s’agit à présent d’un objet connecté évoluant comme tout autre objet connecté dans un écosystème numérique, voilà ce qui a conduit Peugeot à présenter son concept en mars non pas à Genève mais au Mobile World Congress.

 

Dans l’univers technologique proposé à l’utilisateur Instinct va même jusqu’à transfigurer le meilleur du virtual cockpit d’Audi et du grand écran centrale de 43 cm qui a fait la renommée du constructeur Tesla avec un immense écran qui court le long du tableau de bord et qui est constitué de parties de combinés holographique et tactiles. Puisque l’on parle d’extension de la maison, on peut aussi relever qu’Instinct fait également entrer la domotique dans l’air du véhicule connecté ce qui nous permet de régler depuis Instinct notre température avant notre retour à domicile, ou encore qu’à la détection du véhicule : la lumière du garage s’allume. Enfin, la data est aussi au cœur du futur de l’automobile ; dans le cas d’Instinct on voit que Peugeot a fait le choix d’utiliser la plateforme Artik Cloud de Samsung (un Cloud conçu pour s’appliquer à l’IoT)

Ainsi instinct peut aussi anticiper les accidents, prévoir des trajets, enregistrer nos habitudes … toutes ces données dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur et la rendre la plus personnalisée et efficace possible, mais Instinct ne fait pas que relever des données sur son environnement il en acquiert aussi sur vous, les futurs possesseurs de ce véhicule. Ainsi Instinct peut grâce à une montre ou un smartphone connaitre votre fréquence cardiaque, nervosité, fatigue donc votre état général. Par exemple : un jeune sportif se verra proposer le « drive relax », une conduite relaxante pour compenser son rythme de vie. Si vous souhaitez, aller plus loin, faites donc un crochet sur le site Samsung qui vous présente quelques jours avec le Peugeot Instinct : https://www.artik.io/blog/2017/02/samsung-artik-cloud-iot-enables-peugeot-instinct-concept-car/

 

Concernant l’esthétique, Peugeot a même breveté une peinture qui comprend du béton, de quoi faire se retourner Colin Chapman-le créateur de Lotus- dans sa tombe. Mais un béton de nouvelle génération avec une densité et un poids optimisés. Ici formé de silice et de ciment dans des mesures non communiqué par le constructeur qui est projeté telle une peinture en une couche de 1mm qui s’avère aussi légère qu’une feuille de papier. Une innovation qui pourrait à l’avenir corriger les problèmes de rayure, d’oxydation de peinture …

instinct d

 

Enfin passons à l’aérodynamique, elle aussi innovante avec un principe déterminant pour l’avenir de l’automobile : l’efficience.

L’esthétique se construit autour de l’aérodynamique comme l’explique Gille Vidal le patron du style chez Peugeot.

Instinct possède ainsi, une structure dynamique qui lui permet une mobilité autopilotée des éléments du véhicule, on a déjà vu ces technologies sur des voitures de luxe comme le becquet arrière chez Porsche ou encore les éléments mobiles sur les voitures Pagani mais jamais sur une voiture premium.

Mais une photo est préférable à un discours trop technique.

flux

L’air pénètre le véhicule par l’écope aérodynamique mobile à l’avant du véhicule puis passe par le passage de roue avant d’être redirigé par un ingénieux système de tunnel d’air qui masque les poignées de portes- et le guide jusqu’à sa sortie par le passage de roue arrière

Pour conclure, cet article vous a montré un éventail de possibilités pour l’émergence du véhicule autonome. Chers lecteurs, passionnés d’automobile, je vous invite à présent à faire preuve de prospective et à concevoir vos scénarios pour ce que sera l’automobile d’ici la sortie estimée d’Instinct : à l’horizon 2030.

Léo WETZEL

 

Répondre