Biotechnologies

5 scandales biotechnologiques

I/ Le Monde : « Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires »

Monsanto est une entreprise américaine du secteur agroalimentaire. Le lundi 13 février 2012, la firme est condamnée pour avoir intoxiqué un agriculteur français avec un herbicide. Mais ce n’est pas la première fois que Monsanto est impliqué dans un scandale : l’entreprise est connue pour vendre des produits toxiques qui ont entrainé de nombreux procès et leur interdiction sur le marché et ceci depuis leur création en 1901.
Dans les année 1960, Monsanto produisait un herbicide appelé « l’agent orange » qui a été utilisé par les Américains durant la guerre du Vietnam. Le produit ayant été déversé massivement sur le pays a eu des conséquences néfastes pour les Vietnamiens : cancers, malformations, séquelles chez les anciens combattants.

1643285_3_ad54_un-vietnamien-de-14-ans-victime-supposee-de_dedec16afdad40fefd3f3b0fb265e3cd

II/ Le Lynx : « Diane 35 : un détournement d’indication fructueux » Scandale pharmaceutique

pilule-diane35Diane 35 est un médicament fabriqué par le laboratoire Bayer qui a été accusé d’être responsable de 400 décès (selon le nombre de plaintes déposées). Il était initialement développé pour combattre l’acné et a été prescrit sans autorisation pendant 30 ans comme une pilule contraceptive et vendu 7 fois plus cher qu’une pilule classique. Les risques thromboemboliques (formation d’un caillot de sang dans une veine qui contraint la circulation sanguine) auxquels il expose les femmes étaient pourtant connus. Retiré en mai 2013, Diane 35 a toutefois été remis sur le marché quelques mois plus tard, mais uniquement, cette fois-ci, comme traitement anti-acnéique.

III/ L’Express : « Les cosmétiques Kanebo secoués par un scandale de dépigmentation

Kanebo est une entreprise japonaise de cosmétiques qui vend entre autres des crèmes de blanchiment de la peau. Seul problème, ces crèmes ont été mal testées et ont eu des répercussions sur près de 10 000 visages de clientes.

13. Kanebo Freshel White C Whitening Cream A          Le produit a provoqué chez les consommatrices une dépigmentation hétérogène de la peau. Le président de Kanebo s’est excusé à la télévision et a promis de renforcer les contrôles sanitaires et de diminuer son propre salaire et celui de ses collaborateurs. Mais cela ne suffit pas, d’autant plus que l’entreprise a été alertée par plusieurs médecins quant aux risques de leurs produits. La firme était apparemment persuadée que les tâches qui apparaissaient sur le visage résultaient d’une maladie cutanée des victimes. Au final, les produits ont été retirés du marché et Kanebo doit maintenant reverser 42 millions d’euros d’indemnisations.

IV/ L’Obs : « OGM : Le scandale de trop »

Un nième scandale concernant le débat sur les conséquences sanitaires des OGM.  Celui-ci, datant de 2013, concerne le professeur Gilles-Éric Séralini et son étude de la toxicité des OGM sur les rats. Il a été contraint de retirer son article un an après sa publication suite à une demande indirecte et suspectée de l’entreprise Monsanto (que l’on retrouve étrangement dans le premier scandale).

6685921-ogm-le-scandale-de-trop          Le 19 novembre 2013, la revue qui accueillait l’étude, « Food and Chemical Toxicity » a en effet demandé à Séralini de retirer l’article car le nombre d’animaux testés n’était pas assez grand. Cependant, cette demande a eu lieu au moment où un ex-salarié de Monsanto, Richard Goodman, est arrivé au poste de rédacteur en chef associé de la revue.

V/ Atlantico : « Ni économique, ni écologique et même dangereux pour la santé… Le triple scandale des lampes à économie d’énergie »

Les lampes à économie d’énergie ont été imposées par la loi en 2013 dans le but de réduire la facture énergétique des Français, mais aussi pour préserver l’environnement. Cependant, on peut aujourd’hui constater qu’aucun de ces défis n’a été relevé.
led
Les ampoules nouvelle génération consomment moins d’énergie et rejettent moins de chaleur, ce qui a une incidence sur la consommation d’énergie : on utilise plus de chauffage, donc plus de gaz, de fuel et de CO2 sont rejetés dans l’atmosphère. De plus, le mercure est présent dans certaines lampes à basse consommation et ces dernières émettent des ultraviolets contrairement aux ampoules traditionnelles qui n’en émettaient pas.

Répondre