Par le rythme, la mesure et la longueur des notes, la musique est avant tout une affaire de mathématiques. Pas étonnant donc de retrouver des algorithmes capables de générer des morceaux de musique. Cependant, dans la mesure où la musique est un art, il semble irrationnel que l’intelligence artificielle puisse s’approprier une telle activité. En effet, en dehors de son aspect technique, l’art est le propre de l’homme car il se constitue autour de l’expression de sentiments. Est-il vraiment possible qu’un logiciel puisse réaliser une création relevant de l’art? Vraisemblablement, l’IA ne crée pas de contenu artistique ex nihilo, elle se base sur des données fournies par utilisateur et compose ensuite. Comment l’intelligence artificielle trouve-telle une utilité dans le monde de l’art? Jusqu’où son utilisation peut-elle aller? Nous allons tenter de répondre partiellement à ces questions dans cet article.

Logique d’assistance des compositeurs: Orb composer

Suite à 5 ans de recherche et de développement, la Start up toulousaine Hexachords a finalement réussi à lancer le premier logiciel compositeur de musique orchestrale au monde : Orb Composer. Il est conçu pour les compositeurs, les groupes, les orchestrateurs ou simplement pour tous ceux appréciant la musique. Sa singularité se retrouve dans l’assistance proposée car la plupart des logiciels actuels sont encore en phase expérimentale.

L’utilisateur sélectionne dans un premier temps les éléments de bloc de la composition ( intro, thèmes, transitions.. ) , puis les éléments de barre qui structurent chaque bloc de la musique. Il faut ensuite introduire et régler les accords souhaités, choisir les instruments parmi un large éventail et enfin « laisser la magie se produire ».

D’une part, ce logiciel peut être considéré comme une assistance aux compositeurs en manque d’inspiration grâce aux 6 modèles musicaux ( Orchestral, cordes, piano, Electro..) et l’accompagnement proposés . Une fois que le compositeur a défini ses envies dans les grandes lignes (instruments, tonalité, ambiance) , il écoute les versions proposées par l’intelligence artificielle et peut ensuite travailler dessus.

D’autre part, le logiciel permet un ajustement continu des accords, des courbes et il est aussi possible d’introduire des voix. À chaque retouche, le logiciel propose des choix pertinents pour étoffer le morceau. Il s’agit donc de composition à caractère évolutif et c’est pour cette raison qu’Orb Composer s’affirme comme un réel assistant à la composition orchestrale.

I.A et droit d’auteur : Jukedeck

Des musiciens, des ingénieurs et des compositeurs de Cambridge ont mis au point en 2014 Jukedeck. Ce logiciel est capable de générer des bandes musicales à partir de paramètres sélectionnés par les internautes. Son utilisation est relativement simple, il faut d’abord choisir le style musical : pop, rock, piano ou encore electro. Ensuite, l’internaute doit choisir une ambiance pour la composition de la musique, il y a également un large une variété de choix: mélancolique, agressif, sensible.. Enfin, il est nécessaire de déterminer la durée du morceau et Jukedeck se met à générer une musique téléchargeable à insérer dans un film, un jeu vidéo ou encore une présentation d’entreprise. C’est dans son domaine d’utilisation que le logiciel se démarque des autres I.A créatrice de musique.

En effet, Les réglementations en matière de droits d’auteur font qu’on ne peut pas utiliser n’importe quelle musique quand on publie une vidéo sur internet. Or la musique générée par Jukedeck est totalement libre de droit, ce qui lui donne un avantage de taille quand on sait que les utilisateurs de Youtube visionnent à présent plus d’un milliard d’heures de vidéos par jour.

Il est indiqué dans les conditions d’utilisation de Jukedeck que l’éditeur du site se déclare « auteur » des compositions réalisées par l’intelligence artificielle. Certains juristes n’adhèrent pas à cette vision, pourtant le premier article du code la propriété intellectuelle affirme que seule une « oeuvre d’esprit » peut être protégée par des droits. De plus, la jurisprudence précise qu’une création de  « l’esprit » doit être marquée par une empreinte de la personnalité de l’auteur. Par définition, une I.A n’est pas humaine et ne peut avoir de personnalité juridique.

Suite à sa création, Jukedeck a rencontré un franc succès de par l’innovation qu’elle propose et elle a même déjà reçu 3 prix aux Cannes Lions (catégorie Innovation), TechCrunch Disrupt et le Web Start up competition.

Baidu Composer : quand la peinture inspire la musique

Le géant chinois Baidu a conçu un logiciel capable de créer de la musique en s’inspirant de peintures célèbres à l’aide du machine learning et de composition automatique.

Selon les informations de Tech In Asia, l’IA de Baidu analyse tout d’abord l’image, élément après élément, afin déterminer la nature des formes représentées : s’agit-il d’un homme, d’une femme, d’un animal ou encore d’un paysage? Le logiciel Baidu interprète ensuite ces nouvelles informations à l’aide de sa base de données. De la même manière, l’IA s’inspire des formes: plus ou moins souples, des couleurs : plus ou moins chaudes et peut ainsi détecter l’ambiance générale qui émane de l’oeuvre : la scène est-elle tragique, mélancolique, triste, joviale… ? Les notes de musique ont elles aussi été interprétées au préalable et catégorisées selon l’humeur qu’elles inspirent, de façon à faire correspondre l’image et la mélodie.

Comment on peut le voir sur la vidéo de présentation du logiciel, à la vue du tableau de Van Gogh « La nuit étoilée » , Baidu a décidé de produire une musique douce et mélodieuse. Quant à la peinture composée de chevaux au galop, l’IA a inséré une mélodie aux sonorités asiatiques et plus rythmées, ce qui semble en effet correspondre à l’atmosphère dégagée par le tableau.

Il est indéniable que l’interprétation d’un tableau, qu’elle soit réalisée par l’homme ou par l’intelligence artificielle, reste très subjective. De plus, ce logiciel est à la phase expérimentale et ne peut donc composer de musique pour n’importe quel tableau. Il semble donc que l’impact de Baidu Composer dans le monde de l’art soit à relativiser.

Bien qu’aucun logiciel ne soit encore capable de créer à proprement dit de composition musicale, on peut constater que les avancées dans ce domaine sont déjà grandes. L’intelligence artificielle trouve sa principale utilité dans une logique d’assistance aux compositeurs mais elle fait également débat dans plusieurs domaines. D’une part, elle propose une musique libre de droit d’auteur, un sujet qui pose beaucoup de problèmes actuellement du fait de la multitude de contenus diffusés sur internet.

D’autre part, à la suite de l’album « I AM I.A » réalisée par la chanteuse Taryn et le logiciel Amper, certains refusent de considérer de telles création comme de la musique et redoutent une dénaturation des créations musicales. En conclusion, il faut souligner que l’intelligence artificielle propose avant tout une aide par les élans de créativité qu’elle peut permettre.

Répondre