Pour les philosophes Andy Clark et David Chalmers, la technologie est notre seconde peau, c’est cet échafaudage qui prolonge nos pensées, notre portée et notre vision. Aujourd’hui, il semble bien que nous nous dirigeons vers un monde où technologie et corps humain ne font qu’un.

“I got chipped”

En Août 2017, Three Square Market devient la première entreprise aux Etats-Unis à implanter des micro-puces chez ses employés. Cette entreprise spécialisée dans les distributeurs automatiques en libre-service, basée dans le Wisconsin, offre à ses employés la possibilité de se faire injecter dans la main, une puce de la taille d’un grain de riz. Cette opération ne prend que quelques secondes et est indolore. Son but : mémoriser et récupérer des données à distance pour remplacer ainsi les mots de passe, les badges d’identification et même les cartes de crédit. Pour preuve, sur le lieu de travail de Three Square Market, la puce est programmée pour ouvrir la porte d’entrée du bâtiment, pour se connecter à son ordinateur et payer des collations, le tout avec un geste de la main sur un capteur. L’objectif de l’entreprise est de faire gagner du temps à ses employés.

Si le PDG de Three Square Market, Todd Westby, a loué les avantages de cet implant lors d’une interview pour la chaîne CNBC, en précisant bien qu’elle n’est pas traçable par GPS, certains employés ne sont pas du même avis. En effet, seulement 50 des 80 employés ont accepté de se faire implanter la puce. La directrice marketing, Katie Langer, fait partie des sceptiques : “cela me fait un peu peur, c’est un objet étranger dans votre corps”, a-t-elle déclaré à NBC News dans une interview. Elle n’est pas la seule à avoir des doutes quant au fait d’avoir une micro-puce implantée dans la main. J’ai questionné une trentaine d’étudiants de Toulouse Business School, 91,2% d’entre eux seraient contre. Les raisons de cela sont multiples : certains ont peur des infections ou du hack, d’autres sont contre le fait d’avoir un corps étranger dans le corps humain et parlent d’une “barrière corporelle”. Enfin, quelques personnes ne sont pas tout à fait contre mais demandent à voir où peut mener cette technologie.

Mais y a-t-il vraiment des risques ? A la question : est-il possible que la puce se fasse hacker, le directeur des technologies et de l’information chez Three Square Market  répondit que tout est possible, de quoi inquiéter les plus réticents. Les micro-puces implantées sont une nouvelle technologie qui ne révélera ses risques et dangers que dans les années à venir. Il faudrait donc attendre que cette technologie se propage pour que des hackers se décident à pirater le système.

La technologie NFC 

La micro-puce est ce qu’on appelle une puce NFC (Communication dans un champ proche) similaire à celles utilisées dans les smartphones et qui leur permet d’être utilisés comme moyens de paiement. La NFC est un procédé par lequel deux produits communiquent entre eux. En plaçant deux appareils l’un près de l’autre, en l’occurrence, une puce et un capteur, une réaction virtuelle en découle. Elle fait le lien entre le monde physique et le monde virtuel. La NFC offre beaucoup de possibilités d’utilisation, c’est une technologie qui n’est pas encore totalement exploitée. Elle est utilisée généralement dans le paiement et le contrôle d’accès sécurisé mais elle peut aussi contenir des informations. Cette puce pourrait stocker des informations personnelles et médicales qui pourraient sauver les victimes d’accident de la route par exemple. Les secours n’auraient qu’à scanner la main de la victime pour connaitre son identité ou son groupe sanguin. Mais pour démocratiser une telle technologie, il faudrait mettre en place des protocoles de sécurité très poussés pour protéger les informations détenues dans la puce.

Réelles améliorations ou simples gadgets ?  

Un mouvement nommé le «biohacking» utilise la technologie NFC pour surmonter les limites du corps humain. Ces passionnés des nouvelles technologies expriment et créent leurs propres inventions destinées à améliorer leur corps, notamment leur capacité auditive (implantation d’une puce près de l’oreille qui permet de diffuser de la musique ou des sons directement à l’oreille). Ces améliorations sont-elles indispensables ? Ne sont-elles pas finalement que des “gadgets” à l’intérieur de notre corps ? Une sur-utilisation des technologies pour améliorer le corps humain fait-elle de nous des cyborgs ? Un cyborg est un humain dont le corps contient des appareils/outils mécaniques et dont les capacités sont supérieures à celle d’un homme “normal”. Si le terme s’emploie surtout en science-fiction, il semblerait que la fiction soit devenue réalité. Selon cette définition, il ne s’agit pas de ressembler à Robocop pour être considéré comme un cyborg. Se faire implanter une puce dans la main fait bel et bien de nous des cyborgs !

Répondre