L'aéronautique et le respect de l'environnement

De nouveaux moteurs : une nécessité pour rendre l’avion écologiquement viable

L’avion reste, à ce jour, une des plus belles inventions humaines. Cet appareil a permis de rendre accessible les endroits les plus éloignés et difficiles d’accès de notre planète en des temps qu’aucun autre moyen de transport ne peut égaler. L’avion rend la Terre plus petite.

Cependant, cette hyper accessibilité a un prix. Si le coût économique tend à se réduire, rendant ce moyen de transport accessible à une très grande partie de la population mondiale, l’impact environnemental de ce moyen de transport est considérable. Alors qu’un trajet Paris Berlin en train n’émet ‘que’ 21kg de CO2 par passager, un trajet en voiture essence émet 150kg de CO2 par passager. Mais le moyen de transport le plus ravageur reste l’avion et ses 250kg de CO2 par passager en classe économique pour un même trajet. En prenant en compte qu’un voyage en classe affaires émet 3 fois plus et qu’un voyage en première classe émet 9 fois plus, l’impact environnemental de l’avion est très important.

Ainsi, il apparaît primordial pour les constructeurs de limiter l’impact environnemental de leurs appareils. Nous avons vu dans un précédent article que l’avion entièrement électrique n’était qu’une utopie. Cependant, de nombreuses alternatives semblent envisageables pour limiter au maximum les émissions de CO2 dans la troposphère, ce qui au passage démultiplie les impacts de ce gaz sur la couche d’ozone.

Réduire l’empreinte écologique des appareils passe par des améliorations technologiques. Ainsi, le développement de nouveaux moteurs plus respectueux de l’environnement est envisagé.

« Potentiellement, cela peut révolutionner l’aviation de la même façon que l’introduction des turbines à gaz dans les années 1940 »

Ces recherches de nouveaux prototypes sont souvent l’occasion pour de grands groupes de s’associer dans les recherches. En Novembre 2017 le lancement de la conception d’un moteur d’avion hybride (E-Fan X) est annoncé. Ces recherches sont menées conjointement par Airbus, Rolls Royce et Siemens. Cet ambitieux projet n’est pas près de voir le jour puisque les essais ne sont pas programmés avant 2020 et les premières applications commerciales ne devraient pas arriver avant 2030. Cependant, ce projet est porteur de beaucoup d’enthousiasme comme le montre Franck Anton de Siemens : « Potentiellement, cela peut révoluntionner l’aviation de la même façon que l’introduction des turbines à gaz dans les années 1940 ». Le but final est de créer des avions hybrides pouvant transporter entre 50 et 100 passagers. Ce projet comporte plusieurs étapes. Premièrement, il s’agit de remplacer un des quatre moteurs par un moteur électrique de 2 mégawatt dont les batteries se rechargent pendant le vol grâce à l’énergie des 3 autres moteurs. Ensuite, l’ambition est d’avoir un avion comportant deux moteurs électriques et deux moteurs conventionnels. Parmi les obstacles rencontrés, un des plus gros enjeux est de réduire la taille des batteries, qui pour l’instant empêchent une implantation de ce système dans les avions.

Mais si ce projet parvient à voir le jour les conséquences pour la planète ne seraient que bénéfiques : réduction des coûts de vol avec moins de carburant consommé et donc de l’impact écologique, réduction du bruit.

Les plans de conception de l’E FAN X

 

Gautier Jaremko.

Répondre