AéronautiqueL'essor du big data dans l'aéronautique

Utilisation du Big Data dans l’aéronautique : améliorer l’expérience voyageur

« Nous informons tous les passagers voyageant à bord du vol Air France n°4288 à destination de Toulouse que celui-ci est retardé pour cause de mauvaises conditions météorologiques. ».

Ce type d’annonce ne réjouit jamais les voyageurs (qui étaient d’ailleurs déjà en train de s’amasser autour de la porte d’embarquement). Il en est de même lorsqu’on leur annonce justement un changement de porte. Vient alors le moment de s’agacer et se ruer vers les comptoirs d’accueil pour recevoir des explications supplémentaires.

Tout ceci ne pourrait-il pas être simplifié à l’aide du Big Data et de son exploitation par les compagnies aériennes et les aéroports ? Les passagers commencent d’ores et déjà à être informés de ces différents changement via SMS ou E-mail, mais ne pourrait-on pas aller encore plus loin ?

L’association internationale du transport aérien (IATA en anglais) veut elle aller plus loin que cela et révolutionner l’expérience voyageur dans son ensemble. C’est là que se tient le cœur du projet NEXTT : New Experience In Travel and Technologies.

Une courte présentation du projet 

Un boeing 787 contient 10 000 capteurs, 15 giga-octets de données sont récoltés chaque jour grâce à eux. Ils profitent non seulement à l’équipage présent à bord du vol, mais aussi à celui au sol et à l’avenir, elles profiteront de plus en plus aux passagers.

Etudions cela plus en détail avec les axes fournis dans le projet NEXTT, mais pas seulement.

     1.  Des suivis de vols plus précis et plus de notifications en temps réel.

De la réservation jusqu’à l’embarquement, le passager sera plongé dans une expérience entièrement personnalisée avec des informations interactives et disponibles en temps-réel.

Si toutes les informations sur un passager sont enregistrées, il sera possible d’accélérer les démarches administratives. Une fois la réservation faite, les procédures pourront être directement lancées en ligne entre “entité de réservation” (site internet, agence de voyages, etc.) et gouvernements. En cas de problème, le voyageur sera informé AVANT son vol et pourra ainsi effectuer les corrections ou demandes nécessaires à temps pour pouvoir tout de même partir. On évitera ainsi par exemple les situations ou un passager se retrouve bloqué aux douanes ou à l’embarquement après avoir déjà déposé ses bagages.

Le concept des alertes en temps réel sur les changements de portes, retards éventuels, etc. peut encore être approfondies avec des « notification push » toujours plus personnalisées : suivi du bagage, météo à destination, trafic routier jusqu’à l’aéroport, temps d’attente prévu à l’enregistrement et plus encore…

2.  Fluidifier le traffic et les contrôles.

La question de la sécurité est cruciale pour les aéroports. Nous connaissons tous le circuit de contrôle basique : enregistrement, passage aux portiques, embarquement… Grâce aux données et notamment à la biométrie, les différentes caméras parsemées dans les aéroports pourront identifier les voyageurs, mais aussi repérer de potentiels suspects ou personnes recherchés. Tout ceci permettra de simplifier les contrôles, gagner du temps et fluidifier les passages entre les différentes étapes qui précèdent l’embarquement.

3.  Dépôt, transport et récupération des bagages simplifiés.

Les concepteurs du projet NEXTT ont imaginé des bagages avec une “identité” sous différentes formes : puces ou visuels sur le bagage qui se référeraient à une représentation 3D de celui-ci et à des informations sur le propriétaire. Ils permettraient de l’identifier et le retrouver beaucoup plus rapidement en cas de problème. Le transport et la livraison des bagages restent effectivement aujourd’hui une priorité des aéroports et compagnies, avec un souci de qualité et sécurité toujours plus grand.

Plus de connectivité et de réactivité permettra aussi de réduire les problèmes ou complications qui surviennent avec les bagages dit “spéciaux”. Grâce à leur “ID”, ils pourront être suivi directement par le passager qui n’en sera que plus rassuré.

Ensuite, pour l’enregistrement et le retour des bagages, une livraison plus personnalisée pourra être envisagée. En effet, l’identité du bagage est reliée à l’identité du passager. Les deux pourront donc s’enregistrer en même temps. Les passagers auront aussi la possibilité de choisir des points de dépôts personnalisés : hôtel, maison, … ou de récupérer leurs bagages aux endroits habituels.

En cas de bagages dits “suspects”, l’identité de la personne pourra être tout de suite retrouvée et cela facilitera considérablement les recherches aux autorités si un problème advient.

Plus techniquement, la récupération et le tri des bagages qu’on imagine à l’avenir entièrement robotisées seront simplifiées grâce aux multiples informations mais aussi représentations du bagage qui seront disponibles.

4.  Aussi une aubaine pour les professionnels : transporteurs cargo et compagnies.  

Chez les professionnels, le Big Data va premièrement aider les transporteurs dans l’amélioration tant de leurs performances que de l’expérience client. En effet, une partie du projet NEXTT y est consacrée. Les programmes et capacités des cargos seront publiés et disponibles en temps-réel sur une plateforme spécialisée accessible aux utilisateurs uniquement. Cette programmation et ce suivi intégrés permettront aussi d’optimiser les dépôts et livraisons. Tout ceci améliorera la transparence et donc les échanges commerciaux : qui dit meilleur partage de données, dit plus de possibilités d’analyse pour ensuite anticiper les habitudes et exigences des clients sur tels ou tels services. Cette programmation et ce suivi intégrés permettront aussi d’optimiser les dépôts et livraisons.

Toutes les réservations pourront être faite en ligne, le client aura donc un accès complet aux différents services proposés. Il sera aussi informé directement des documents administratifs à fournir, des contraintes douanières ou des restrictions potentielles selon les pays. Ceci permettra un gain de temps et d’efficacité considérable

Deuxièmement, utiliser le Big Data dans le transport aérien est une perspective intéressante pour les compagnies aériennes. En effet, celles-ci ont des marges toujours plus restreintes. Les possibilités proposées par la connectivité leur permettront par exemple de développer des services payants qui en créeront de nouvelles : services à bord, films, jeux… Tout ceci avec un suivi personnalisé poussé afin de toujours plus fidéliser les passagers.

Les compagnies pourront aussi faire des économies de plus grâce aux analyses avancées et aux prédictions toujours plus précises : maintenance par exemple (cf. « Le Big Data et l’amélioration des performances aéronautiques »), ou perturbations météorologiques.

5. Et toujours plus d’autres étonnantes perspectives. 

Qu’il est facile de se perdre dans un aéroport lors d’une correspondance ou après un changement de porte d’embarquement. Plusieurs aéroports comme par exemple ceux d’Helsinki, London City ou Miami ont déjà équipés leurs installations de multiples capteurs qui visent à aider les passagers dans leur périple pour se repérer. Grâce à des applications installées sur leurs smartphones, ils peuvent suivre un itinéraire personnalisé qui les emmènera directement à leur porte d’embarquement ou à la boutique dans laquelle ils souhaitent se rendre.

Pour ce qui est du divertissement à bord, Thales travaille sur différents projets. En fonction des différents programmes de fidélité, plusieurs contenus personnalisés sont offerts et disponibles ou non aux passagers. Ceux-ci sont proposés sur des écrans connectés et le tout varie en fonction des informations et habitudes personnelles des clients. Le but est de proposer une expérience individuelle jusqu’au bout : du départ de la maison jusqu’à l’atterrissage.

A l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, il est aussi par exemple déjà possible d’acheter des articles en vol et de les récupérer à l’arrivée près des tapis à bagages afin de ne pas s’encombrer à la descente.

 

Ainsi, c’est une multitude de possibilités qui s’offre au sol grâce à l’exploitation des données et du Big Data, et ce dans divers volets du transport. Si les exemples présentés dans cet article vous ont intéressé, je vous invite grandement à consulter le site du projet NEXTT dont je n’ai ici cité qu’une petite partie.

Pour autant, on peut prendre un certain recul quant à certaines de ces perspectives. Fournir et disposer d’autant d’informations sur les passagers peut, certes, s’avérer très utile mais que faire si jamais le système est attaqué ? Quid des millions d’informations enregistrées : position du bagage, du passager, ses achats, sa destination… ? Ne faut-il pas s’inquiéter de ce qui pourrait arriver si le tout tombait entre de mauvaises mains ? Si d’énormes progrès peuvent être fait dans l’aéronautique grâce au BigData, alors il faudra bien que la cybersécurité suive derrière afin de contrôler tout cela.

 

Margaux Benedic.

Répondre