Saint Graal, pierre philosophale, élixir de vie, la vie après la mort … depuis toujours les hommes sont fascinés par l’immortalité et la vie éternelle. L’homme moderne n’est pas une exception. Et si, aujourd’hui, on pouvait réaliser ce rêve grâce à l’intelligence artificielle ?

I) La structure du cerveau humain

Le cerveau est le siège de la mémoire. Ici, sont stockés nos souvenirs, connaissances, ressentis, émotions et même notre personnalité et individualité. Inutile de rappeler que chaque cerveau est unique et irremplaçable contrairement aux autres organes importants tels que le cœur, le foie ou les poumons. Par conséquent, certains scientifiques considèrent que pour rendre l’homme immortel, il suffit juste de préserver son cerveau, ou plutôt sa structure. En effet, ce n’est pas l’organe même qui est précieux, mais l’information qu’il contient, car c’est elle qui nous différencie les uns des autres et qui nous rend unique.

Il faut bien comprendre, que l’immortalité que l’homme recherche n’est pas seulement une existence biologique infinie. Si c’était le cas, on pourrait trouver une solution beaucoup plus rapidement, car il suffirait de créer des médicaments et des machines qui maintiendraient les fonctions biologiques de notre corps pour l’éternité. Cela serait une sorte de coma éternel où l’homme continuerait d’exister sans interagir avec le monde extérieur. Mais on ne peut pas appeler cette existence une « vie éternelle », car l’homme n’est pas seulement un être biologique, c’est un être qui a une conscience, une raison, un esprit. Donc ce sont ces choses-là qu’il vaut la peine de préserver, sans eux notre corps n’a plus autant de valeur.

Ainsi la grande question qui se pose est : Comment immortaliser notre cerveau ? Pour y parvenir, il faudrait reproduire toutes les cellules qui le composent. Le cerveau humain comporte 100 mds de neurones reliés entre eux dans un vaste réseau qui constitue notre mémoire. Les neurones échangent les informations grâce aux signaux chimiques et électriques nous permettant d’interagir avec le monde extérieur par nos 5 sens, mais c’est également eux qui sont responsables de la mémoire. Tout au long de sa vie, le réseau des neurones change constamment : certaines liaisons sont renforcées grâce à la répétition ou l’apprentissage, alors que celles qui ne sont plus « utilisées » disparaissent entrainant l’oublie d’une information.

Le but de neuroscience est de trouver un moyen pour recréer ce réseau. Pour cela il suffirait de reproduire le contenue du cerveau biologique en le plaçant dans un cerveau artificiel.

 

II) Du cerveau biologique au cerveau artificiel immortel

Depuis 2010, le Service national de santé américain finance un vaste projet qui vise à cartographier les cerveaux de 1200 adultes en bonne santé. Cette cartographie est appelée Connectome.

Les travaux sur le connectome montrent que l’organisation du cerveau est très complexe, mais c’est aussi une structure bien organisée. Les neuroscientifiques parlent même d’une organisation « mathématique » du cerveau.

« Tout ce que vous voyez, tout ce que vous entendez, vos souvenirs, vos pensées ne sont rien d’autre que les connexions électriques très compliquées qui changent en permanence. Et si je parviens à capturer cette activité électrique, je serais capable de lire dans votre esprit », affirme Cristof Koch, le directeur de Allen Institute for brain science.

D’après les chercheurs de cet institut, si on arrive à capter l’activité électrique du cerveau, on sera capable de décoder son fonctionnement. En effet, le cerveau ne ressemble pas à une bibliothéque qui stocke la mémoire, alors qu’une information n’est pas un livre qu’il suffit d’aller chercher dans un endroit précis du cerveau mais un ensemble de connexions de neurones. Or, ces connexions peuvent être recodées en langage mathématique, et tout ce qui est mathématique peut être reconstitué.

« Il faut comprendre que le cerveau est une sorte de machine biologique. Tout ce que nous sommes est généré par cette machine et les machines sont des choses qu’on peut analyser, comprendre, représenter sous forme mathématique et recréer », explique Randal Koene, un neuroscientifique de Neural Engineering Corporation of Massachusetts. Ainsi la création d’un cerveau artificiel est théoriquement possible. Mais pour y arriver on devra débord décrypter le connectome, pour identifier à quoi correspond chaque connexion. Si un jour on parvient à le faire, on pourra analyser et recréer non seulement nos pensées, mais aussi notre personnalité.

Pour l’instant, toutes ces recherches sont en cours et on est encore loin de comprendre le code du cerveau. Néanmoins, ces idées inspirent déjà tous ceux qui rêvent d’une vie éternelle, car pour eux le « cerveau artificiel » est synonyme du « cerveau immortel »

III) Un homme de demain est-il un homme immortel ?

L’un des leadeurs de la course à l’immortalité est Dimitry Itskov, un milliardaire russe et le créateur du projet Avatar 2045. Ce projet prévoit d’offrir l’immortalité en « téléchargeant » notre esprit dans un corps artificiel. Cette invention digne d’un film de science-fiction devra être atteinte en 2045, mais avant 3 autres étapes intermédiaires sont prévues.

  • La première étape consiste à créer un « avatar » entièrement contrôlé par notre cerveau. Ce robot viendra en aide aux personnes à mobilités réduites qui pourront l’utiliser pour des tâches manuelles. Ensuite, il pourra également servir aux personnes qui font un travail dangereux. Par exemple, près de 7 mds de dollars ont déjà été investis dans le développement d’interface qui permettra à un soldat de manipuler ce type de robot.
  • La deuxième étape sera la création d’un cerveau artificiel.
  • La troisième devra être achevée en 2035 quand les scientifiques pourront « télécharger » le contenu de notre cerveau dans un cerveau artificiel placé dans un corps robotique.
  • La quatrième est la dernière étape est la plus délicate. En 2045, le projet prévoit de télécharger notre esprit directement dans un hologramme humain composé de nanorobots et capable de prendre des formes différentes.

L’existence de notre esprit dans un corps robotique voilà ce que représente l’immortalité pour Dimitry Itskov. « Dans le futur, les gens seront beaux et jeunes, ils ne souffriront pas de maladies, ils auront plusieurs corps et non un seul », dit-il.

Ce projet qui parait délirant au premier abord a néanmoins obtenu le soutient des plus grands scientifiques travaillant sur le décryptage du cerveau humain. Par exemple, la première phase est déjà en train de se réaliser avec les exosquelettes qui prouvent leur efficacité.

Mais même la dernière phase qui consiste à transcrire notre conscience dans un support universel parait de plus en plus réaliste. Pour le président de la Brain Preservation Foundation Ken Hayworth, c’est juste une question de temps. D’après lui, la première étape est de préserver le cerveau de façon à ce qu’il puisse être scanné. Pour attendre son objectif, Ken Hayworth prévoit de se suicider en injectant dans son cerveau un mélange de métaux lourds et de résine qui vont figer toutes les connexions dans son cerveau. Ce scientifique n’a pas peur de la mort biologique, il souhaite préserver l’état de son cerveau actuel pour qu’il puisse être reconstitué plus tard, lorsque les technologies le permettront. En effet, certains scientifiques sont prêts à tout pour prouver leurs théories dans la quête de la vie éternelle.

 

Conclusion 

La vie éternelle va-t-elle donc devenir une réalité ? Personne ne peut le savoir, mais certains scientifiques sont convaincus que si notre esprit n’est qu’un réseau de neurones dans le cerveau, la science sera bientôt capable de le décoder et de le recréer grâce à un cerveau artificiel. En plaçant toutes nos pensées, nos savoirs et notre mémoire dans une machine, les neuroscientifiques sont convaincus qu’ils seront capables de recréer l’esprit de chaque personne. Ainsi c’est l’humain même qui deviendra l’intelligence artificielle. Plus besoin de craindre des robots capables de remplacer l’homme, c’est l’homme qui deviendra un robot. N’est-ce pas le but ultime de toutes les recherches sur l’IA ? N’est-ce pas le rêve de la science entière qui peine toujours à trouver des nouveaux moyens pour prolonger, améliorer et faciliter notre vie ? N’est-ce par le meilleur moyen de soulager l’homme qui a peur de la mort ?

Mais même si cette idée parait logique et inspirante, elle fait peur et soulèvent les questions existentielles :

  • L’homme est-il juste un être biologique ? Le rendre immortel ne serait-il par détruire la magie de la vie humaine ?
  • Même si un robot possède tous nos connaissances, comment savoir qu’il va éprouver les mêmes émotions ?
  • Une fois le robot humain créé, comment va-t-il évoluer ? Si, par exemple, on recrée le cerveau d’un poète, va-t-il préserver son imagination et son inspiration ?
  • Si dans quelques années nous devrons faire face au surpeuplement mondial, comment l’existence des humains artificiels pourra-t-elle se justifier ? A-t-on assez de ressources pour vivre dans un monde pareil ?

Même si certains projets scientifiques ne sont pas prêts à se réaliser dans un future proche, nous devons déjà commencer à réfléchir sur toutes ces questions.

 

Sources:

Film documentaire La fabrique du cerveau, Arte, 2017

https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-cerveau-3125/

https://fr.wikibooks.org/wiki/M%C3%A9moire/Neurones_et_synapses

http://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/contents/799-role-des-neurones-dans-la-memoire

http://www.humanconnectomeproject.org/

http://www.elishean.fr/projet-avatar-2045-le-dalai-lama-soutient-un-projet-qui-vise-limmortalite/

 

Répondre