L’IMPORTANCE DU SOL

 

Malgré le peu d’intérêt que nous lui apportons, l’importance d’un sol est pourtant primordiale quand il vient à l’esprit de l’homme d’aménager un espace de vie. Dans le cadre de la terraformation de la planète mars, l’étude géologique de la planète devient donc inévitable pour mener à bien cette mission.

C’est grâce au sol particulier que possède notre terre que la vie est aujourd’hui possible. Plantes, animaux, toute la biodiversité dépend de la richesse de ce qui se trouve sous nos pieds. La question est donc de savoir si cela pourrait être reproduit sur le sol martien et sous quelles conditions. Un astronaute prévoyant d’effectuer une mission à long terme pourrait-il créer un potager sur le sol martien ?

 

 

LE SOL SUR TERRE

 

Pour étudier efficacement le sol de la planète mars, il est important de connaître notre propre sol, sur lequel nous vivons, et ainsi voir ce qu’il manquerait dans la géologie martienne. Le sol terrien est essentiellement composé de matière minérale, de matière organique, d’air et d’eau (voir figure 1). Cette composition lui permet d’accueillir toute une gamme d’être vivant allant des animaux fouisseurs jusqu’aux microbes qui sont très important au développement nutritif des terres.

La matière minérale compose environ 45 % des sols et contient de petites particules provenant de la désintégration des roches sur la surface de la Terre. La matière organique représente toutes les matières composées de carbone, provenant d’êtres-vivants. Ce sont des déchets de plantes, d’animaux, etc… L’air dans le sol quant à lui est composé des mêmes éléments que l’atmosphère (azote, dioxygène, dioxyde de carbone), seulement, sa teneur en CO2 est plus importante étant donné que les racines des plantes et les microbes consomment l’oxygène pour le relâcher en dioxyde de carbone. Enfin l’eau est très présente dans les composants du sol. À deux, l’air et l’eau constituent environ 50 % de la composition du sol. Leur partage varie en fonction de l’humidité du milieu.

 

Figure 1

 

LE SOL SUR MARS

 

Comme vous l’aurez deviné, le sol sur mars n’est pas tout à fait le même que sur terre. En effet, sur la planète rouge, celui-ci est presque essentiellement composé de matière minérale, et d’une infime partie d’eau – seulement 2 % (voir figure 1). Étant donné l’absence d’être vivant sur cette planète, c’est également une absence de matière organique que l’on constate. Il n’y a par ailleurs pas d’air dans le sol martien, car le terme air n’est propre qu’a l’atmosphère terrestre telle qu’elle est composée. De ce fait, le constat de l’atmosphère martienne se fait sur une composition à 96% de dioxyde de carbone, puis d’une infime quantité d’autres gaz.

La matière minérale de mars vient en grande partie de la roche volcanique désintégrée. Sa couleur rouge caractéristique s’explique par la présence en grande quantité de dioxyde de fer, plus connu sous le nom de rouille. Concernant l’eau, Mars est une planète extrêmement sèche. L’infime quantité que l’on retrouve est principalement sous forme de glace, et n’est que très peu sous forme liquide car aspirée directement depuis la vapeur contenue dans l’atmosphère.

 

 

CULTIVER SUR LE SOL MARTIEN

 

Vient donc la question de la viabilité d’un sol martien pour des êtres être vivants tels que l’homme. Il est vrai que beaucoup de composant sont manquant à l’appel quand on regarde le sol de la planète rouge comparé à celui de la planète bleue. Néanmoins, un simple coup de pouce lui suffirait pour devenir praticable. En effet, tous les nutriments essentiels au développement des plantes ont été trouvés dans les sols ou météorites martiennes, et même si pour le moment leur concentration reste trop faible pour une croissance saine et efficace, une simple amélioration avec de l’engrais suffirait !

Même si certains composants présents sont nécessaires à la croissance d’une plante, beaucoup de composant du sol de mars sont nocifs à leur développement tel que le chlore ou encore le perchlorate. Ces molécules toxiques devront donc être éliminés avant de faire pousser quoi que ce soit sur ce sol.

De nombreuses autres difficultés outre le sol sont à prévoir pour la bonne exploitation de ce sol. On peut tout d’abord noter l’élément le plus important qui est l’eau, rarissime sur mars et trop salé pour la bonne croissance d’une quelconque plante. Celle-ci devrait soit être ramenée depuis la terre, soit purifiée sur place si une assez grande quantité est concentrée. De plus, la température autour de la culture doit être contrôlée, car sur mars, celle-ci devient vite glaciale. Enfin, la planète est bien moins exposée au soleil que la terre, de plus ses fréquentes tempêtes de poussière réduisent davantage l’arrivée de lumière sur le sol martien, obligeant l’installation d’un éclairage artificiel pour une culture.

 

 

En conclusion, ce n’est donc pas le sol qui est aujourd’hui la principale barrière à la fertilité sur mars, mais bien plus son atmosphère hostile que pour le moment nous n’avons pas réussi à dompter correctement.

Arrivera-t-on à trouver une solution viable pour ce faire ? Ou bien devrons-nous créer nos propres espèces végétales capables de vivre sur cette planète dont la Terre n’a rien à envier ?

 

 

Sources :

La géologie Martienne : https://www.nirgal.net/geologie.html

Tout ce qu’il faut savoir sur le sol martien : http://tomatosphere.parlonssciences.ca/

Répondre