2019-2020InformatiqueTransport, environnement et urbanisme

Big Data : quel impact sur l’écologie ?

Par 27 janvier 2020 Pas de commentaires

1) Qu’est ce que la big data ?

Ce terme signifie mégadonnées, grosses données ou encore données massives. Ils désignent donc un ensemble très volumineux de données, représentant toutes les actions informatiques faites par l’Homme.

En effet, nous créons  environ 2,5 trillions d’octets de données tous les jours. Parmi ces données nous retrouvons les messages que nous nous envoyons, les vidéos et photo que nous publions sur les réseaux sociaux, les signaux GPS, ou encore les transactions relatives aux achats en ligne.

A titre d’exemple, en 2017, c’est 269 milliards d’e-mails (hors spam) qui ont été envoyés dans le monde chaque jour.

Chaque minute,  400 heures de vidéos qui sont ajoutées sur Youtube (mars 2017), soit 600 000 heures chaque jour.

Chez Google, le leader des moteurs de recherche : à chaque seconde ce sont près de 39 000 recherches qui sont lancées, soit 3,3 milliards  de recherches par jour !

2) Pourquoi Internet pollue ?

Les données partagées et stockées sont gigantesques et nécessitent l’utilisation d’énormément d’énergie.

En effet, l’utilisation d’énergie engendrée par le fonctionnement des ordinateurs, l’émission de données entre les utilisateurs et les serveurs, et la gestion des data center représente une énorme quantité d’énergie.

Les data centers sont d’immenses bâtiments qui abritent les centres de données de Facebook, Google, Microsoft.

Google possèdent à lui seul plus de 900 000 serveurs représentant 0,1% de la consommation mondiale d’électricité.

6% de l’énergie utilisée sert à la puissance de calcul. Le reste sert à refroidir l’immense bâtiments. En effet, des énormes ventilateurs doivent garder une température constante pour le bon fonctionnement des machines. 

Toute l’énergie utilisée est responsable d’une forte émission de CO2.

En 2020, l’émission de CO2 générée par les data centers pourraient dépasser celle du trafic aérien.

Nous allons maintenant exposer des exemples concrets pour voir quel est l’impact de l’utilisation d’un utilisateur (d’après une étude de l’ICS)

  • Le fait de regarder une heure de vidéo sur une tablette ou un ordinateur consomme d’avantage d’électricité qu’un réfrigérateur pendant toute une année.
  • La célèbre vidéo du coréen PSY a généré 2,7 milliards de vues sur le clip  Gangnam Style, cela à induit une demande d’électricité équivalente à la consommation annuelle d’une petite centrale. (d’après Gary Cook, analyste pour l’ONG Greenpeace)
  • L’empreinte carbone mondiale annuelle du spam équivaut à 3 millions de voitures sur la route chaque année. 17 millions de tonnes de CO2 sont ainsi relâchées dans l’atmosphère, soit 0,2% des émissions mondiales.

–> Pour aller plus loin, regardez cette vidéo qui est très complète ! 

3) Les solutions à mettre en place pour limiter cet impact.

Les Data centers peuvent réduire le impact environmental en contrôlant 3 paramètres:

  • la qualité des composants électroniques;
  • le type système de refroidissement utilisé ;
  • la provenance de l’énergie utilisée (énergies renouvelables est la solution la plus écologique).

Par exemple, beaucoup de Data center sont situés dans des pays qui permettent un refroidissement naturel. C’est le cas pour Google qui possède 3 Data center en Finland.

Les autres solutions doivent être mises en place par les utilisateurs eux-mêmes.

Il faut sensibiliser les internautes aux coût énergétique qu’il produise lorsqu’ils lancent des recherches ou qu’ils regardent des films en streaming.

On peut donner quelques exemples d’automatismes à mettre en place pour réduire son empreinte virtuelle.

Il est préférable d’utiliser des systèmes d’exploitation qui réduisent notre impact comme le navigateur Ecosia qui utilise les revenus générés par vos recherches en ligne pour planter des arbres là où le besoin se fait le plus sentir.

Il est préférable de télécharger une vidéo plutôt que de la regarder en streaming.

Il faut réduire le nombre d’email que nous envoyons et limiter la taille des pièces jointes associées.

Si vous connaissez le site auquel vous voulez accéder, il est préférable de taper directement l’adresse plutôt que d’effectuer une recherche.

Répondre