2019-2020Informatique

Vivre sur une autre planète grace au transhumanisme

Par 27 janvier 2020 Pas de commentaires

Grâce aux centaines de milliers d’années d’évolution, l’être humain s’est armé des outils biologiques pour survivre sur sa planète. Toutefois, vivre sur une autre planète, c’est être confronté à différentes conditions météorologiques, une autre gravité, un autre mode de vie. Cela nécessite donc une adaptation accélérée. Si l’évolution est lente, la science est quant à elle bien plus rapide et pourrait bien apporter les solutions aux problèmes que suscite la vie extraterrestre. Alors quelles sont les dernieres avancées dans le domaine du transhumanisme de ces dernières années ?

 

 

LENTILLE ZOOM

De nouvelles lentilles développées par les scientifiques de l’université de San Diego permettent de zoomer et dézoomer grâce à un simple clignement des yeux. En effet, la lentille réagit au signaux électriques envoyés par l’oeil lorsqu’il se ferme. Si aujourd’hui cette technologie s’adresse aux personnes souffrant de troubles de la vision, elle pourrait bien s’étendre à tous. Posséder une vision télescopique serait donc une des aptitudes de l’être humain de demain. Ainsi, nous serions capable de grossir ce que nous voyons par 3 fois en clignant deux fois successivement des yeux.

 

LENTILLE CAMERA

Enfin, cette catégorie de lentilles caméra est potentiellement la plus intéressante. La lentille caméra serait capable de filmer et de photographier sur demande. Le principe est le même que pour les lentilles Zoom, il suffirait de cligner des yeux pour démarrer l’enregistrement. Sony a récemment déposé un brevet sur ce type de lentilles. Le petit plus de ces lentilles réside dans leur capacité d’auto-chargement. En effet, les mouvements oculaires se transforment en énergie et rechargent ainsi la batterie. Toutefois, ce projet n’a toujours pas été concrétisé et devrait encore avoir besoin de temps pour mûrir au vu de sa complexité.

 

EXOSQUELETTE

L’entreprise japonaise Cyberdyne a inventé un exosquelette nommé HAL (Hybrid Assistive Limb) qui permet de réduire de 15kg la charge réelle portée par le corps. Cela est évidemment très utile pour des planètes ou nous « pèsons » plus à cause de la gravité.

Présentation au Japon du modèle HAL et de ses applications dans la manutention

Les exosquelettes ont de beaux jours devant eux et l’intérêt grandissant des Etats pour cette technologie en est une preuve. Mais c’est surtout pour sa possible utilisation dans le domaine de la défense. En Novembre 2018 l’entreprise Lockheed Martin a décroché un contrat avec l’armée américaine grâce à son exosquelette ONYX permettant à un soldat de porter de lourdes charges. Cela n’est pas négligeable quand on sait qu’un équipement complet pour un soldat (gilet par balle, lunettes de vision nocturne et radio compris) peut dépasser les 60kg.

 

 

COEUR

 Les scientifiques sont parvenus à copier l’organe le plus important du corps humain. Effectivement, de véritables cœurs artificiels sont déjà sur le marché et offrent des performances étonnantes. La société française Carmat a mis au point un prototype convainquant. Cette prothèse intra-corporelle est destinée aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. Elle assure les mêmes fonctions que le cœur humain: elle permet tout simplement d’assurer la circulation du sang dans le corps. Ce cœur artificiel est composé de la prothèse et d’une batterie extérieure de 3kg que le patient doit transporter avec lui au niveau de sa ceinture. Là encore, la technologie n’est pas parfaite puisque plusieurs patients greffés sont décédés. Il faudra donc attendre encore un peu avant de troquer son cœur humain pour une prothèse si aucune maladie ne l’oblige.

 

 

SYSTEME IMMUNITAIRE

 On ne pense pas forcément au fait que le corps peut être amélioré de l’intérieur. Avant toute chose, parler de nano-robots ou de nano-médicaments, c’est parler d’objets mesurant environ 10-9 mètres, soit 50 000 fois plus petit que l’épaisseur d’un cheveu. Le robot Virob inventé par des scientifiques israéliens n’est pas un nano-robot mais un micro-robot, cependant il est un avant-goût de ce que seront très prochainement les nano-robots. Ce dernier peut ramper à travers les vaisseaux et les cavités sanguines du corps humain ce qui lui permet d’injecter une dose prédéfinie de médicament à un organe précis. De plus, il peut aussi tracter un micro cathéter à des endroits inaccessibles auparavant.

Grâce à des ondes électromagnétiques inoffensives pour le patient, Virob peut se déplacer rapidement dans le corps humain. 

En France aussi on fait des progrès avec par exemple la présence dans les laboratoires du Professeur Patrick Couvreur de l’Université Paris-Sud d’un flacon contenant des nanoparticules. Ces nanoparticules sont constituées de produits anticancéreux pour lutter contre le cancer du foie. Patrick Couvreur est une pointure dans le domaine mais ce flacon n’en reste pas moins un exploit. Toutes ces avancées prouvent que le Cyborg de demain sera également capable d’améliorer son corps de l’intérieur.

Répondre