La science-fiction envisage depuis longtemps la colonisation d’une planète extra-terrestre. Au fil des décennies, les auteurs n’ont pas manqué d’imagination quant aux planètes à terraformer et aux méthodes pour y parvenir. Nous allons parcourir les principales œuvres qui ont eu un impact sur l’imaginaire collectif et ses sources d’inspiration dans la science.

Première moitié du XXe siècle: les premiers ouvrages

Trois planètes ont retenu la majeure partie de l’attention des écrivains durant la première moitié du XXe siècle.

La lune


Le concept de terraformation est mis pour la première fois par écrit en 1910. Dans son livre La journée d’un parisien du XXIe siècle, Octave Béliard imagine une lune qui aurait été dotée d’une atmosphère et transformée en refuge pour les animaux menacés. L’ensemble de l’œuvre met en scène un futur inondé de technologies et dont bon nombre d’espèces n’existent plus que dans ce refuge. La lune représente alors la seule alternative à la Terre.

Mars

Burroughs (l’auteur de Tarzan) publie en 1930 Les conquérants de Mars. John Carter est le héro de ce livre qui se déroule comme son nom l’indique sur Mars. Cet ouvrage bénéficiera en 2012 d’une adaptation hollywoodienne au cinéma du nom du héro. Bien que le sujet ne soit pas tout à fait la terraformation puisque John Carter se contente de vivre sur Mars sans chercher à transformer la planète, ce livre témoigne de l’intérêt porté à la planète rouge dès le début du XXe siècle dans la science-fiction.

Vénus

Au début des années 30, 2 romans (Les derniers et les Premiers d’Olaf Stapledon et Le dernier jugement J. B. S. Stapledon) s’intéressent de près à Vénus. Pour la première fois, le processus de colonisation est suivi d’un réel effort de transformation de la planète, en d’autres mots, d’un réel effort de terraformation.

L’expression Terraformation

Ce n’est qu’en 1942 que l’expression “terraformation” apparait pour la première fois sous la plume de Jack Williamson.  C’est dans une revue de science fiction que l’auteur invente le mot. Traduit de l’anglais “terraforming”, terraformer c’est “faire à l’image de la Terre”. Le concept précédait donc l’expression. 

Deuxième moitié du XXe siècle : La science comme source d'inspiration

A partir des années 50,  tous les romans fantastiques suivent une même ligne directrice : l’introduction de la science au centre du processus de terraformation. Les auteurs suivent de près l’actualité scientifique et s’en inspire fortement pour l’écriture de leurs romans.

La science au coeur de l’intrigue

Arthur C Clarke expose dans son livre de 1951 Les sables de Mars deux principales raisons de l’hostilité de Mars : sa température et son manque d’atmosphère. L’auteur s’appuie sur la science pour élaborer son processus de terraformation. L’idée est d’introduire du Phobos. (voir à ce propos l’article sur l’atmosphère martienne). Isaac Asimov avance quant à lui la possibilité d’introduire de la glace des anneaux de saturne dans La voie Martienne.

Essor de l’intérêt pour l’espace

Le début des années 60 va être encore plus riche au niveau de la recherche scientifique sur l’espace et cela ne manquera pas d’inspirer les auteurs. A cette période, la guerre froide fait toujours rage et les deux superpuissances voient l’espace comme un nouveau terrain pour mener leur guerre idéologique et affirmer leur supériorité. C’est le début de la course à l’espace. Les soviétiques et les américains vont tour à tour mener des opérations spatiales. Cela va permettre de récolter un grand nombre d’information. La sonde américaine Mariner4 parvient en 1964 à prendre un vingtaine de photos de Mars. Sur fond de guerre froide, l’espace devient un enjeu de plus en plus important dans la géopolitique mondiale. Et cela impacte aussi les auteurs.

C’est à cette période que le roman de science fiction le plus vendu dans le monde est écrit. Il s’agit de Dune de l’américain Frank Herbert. Il n’est pas question de Terraformation mais de colonisation en milieu hostile sur la planète imaginaire Dune. Ce qu’il faut retenir ici, c’est que la période rends fertile l’imagination des écrivains. Le grand public s’intéressent massivement au sujet.

 

Troisième volet : Fin du XXe siècle et debut du XXIe

Comics

Les avengers incarnent ce développement d’une culture de la fiction où la science est un outil essentiel des histoires. Le scénariste Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby imaginent une équipe de personnages aux super-pouvoirs diverses. Certains comme Thor sont même originaires de planètes extraterrestres. Que ce soit par le billet de modifications génétiques (Captain America) ou la création d’objets high-tech (Iron Man), la science st omniprésente. D’autre part, l’espace est lieu récurrent dans les aventures et les intrigues de ces héros.  Le rêve d’espace humain a donc aussi été nourri par les Comics.

Cinéma

Bon nombre de film de science fiction sur la terraformation et la colonisation de planètes voient le jour à cette époque. La fameuse série Star trek aura un retentissement mondial sans précédent et marquera bien l’entrée dans cette nouvelle ère. L’espace passionne. Les films comme Alien ou encore Stargate restent dans cette lignée de films abordant la terraformation et connaissant un énorme succès au box office.

La culture science-fiction a travers les livres, films et comics a participé a nourrir le désir humain de voyage dans l’espace et la colonisation d’autres planètes. Cette culture n’a cessé d’être inspiré par la science.

Cet article est écrit par Solène Abrial et mis à la disposition du public en licence creative common CC BY 3.0.

Répondre