Il y a 50ans de cela les Pink Floyds ont sorti leur tube planétaire Another Brick in the Wall. Opposé à au système éducatif britannique rigide et répressif, David Glimour chantait « We don’t need no education, we don’t need no thoughts control ». Qui aurait pensé qu’un jour que le « thoughts control » devienne un point déterminant de l’éducation ?

 

Depuis quelques années certaines entreprises se sont intéressées à l’éducation et voudraient la remanier selon un modèle plus simple, plus amusant, plus engageant, gratuit et par la même occasion l’optimiser. Ces entreprises ont aussi pris en compte les défis actuels de l’éducation (une éducation pour tous et adaptée à tous), mais aussi la problématique du besoin d’expérience pour lancer les jeunes sur le marché du travail.

De ce constat, le concept d’éducation immersive est né. Il s’agirait d’utiliser la réalité virtuelle et les intelligences artificielles pour permettre aux jeunes de gagner directement de l’expérience dans des simulations ultra réalistes. Ces simulations pourraient se faire depuis l’école elle-même pour les étudiants avec des difficultés de moyens.

Les professeurs interviendraient directement sur le terrain (virtuel cette fois) pour expliquer aux étudiants comment réagir face à une situation ou une autre. On parle d’une expérience continue et personnalisée, notamment grâce à l’utilisation d’IA permettant de réaliser des feedbacks pour améliorer les programmes éducatifs.

Un programme basé sur les AI et la VR a déjà été lancé en Australie directement après la crise du coronavirus, bien que l’université d’Adelaide (une ville située au Sud de l’Australie à 600km de Melbourne) s’y soit intéressée auparavant. Ainsi le studio Think Digital a coopéré avec l’université australienne dans le but de concevoir des simulations répondant un programme éducatif s’intéressant à l’agriculture. Les élèves ont pu apprendre à offrir les premiers soins à des vaches sans même sortir de l’université. Les reviews et réactions des élèves ont aussi été analysées pour perfectionner les différents points abordés lors de ce cours.

L’utilisation de ce nouveau mode d’éducation semble avoir une importance capitale avec les évolutions récentes. La communication commence à se pencher sur le potentiel de la VR. Par exemple, Amazon Video voudrait lancer sa première série en VR dans quelques années, on peut imaginer tout un monde publicitaire entourant cet espace virtuel comme pour les séries passant à la télévision. Avec des publicités personnalisées et engageantes grâce à l’utilisation d’IA pour déterminer les préférences des utilisateurs. D’où l’importance de former de plus en plus d’étudiants à la VR. Des classes de design en Italie travaillent déjà avec Tilt Brush, un logiciel de peinture et d’animation VR, pour former des élèves, à ce que les professeurs appellent « l’art et design de demain ».

Toutefois l’utilisation d’IA et de la VR est critiquée par un grand nombre d’établissements scolaires. En effet, ces technologies peuvent espionner les étudiants, détruire des emplois de professeurs ou encore nuire à la dimension sociale des écoles. Pour Jennifer Sparrow, directrice du programme Teaching and Learning Technologies à l’université de Pennsylvanie, il s’agirait plutôt d’utiliser les IA comme un complément à l’éducation. Il ne s’agirait plus de remplacer les programmes classiques mais plutôt de les compléter. Ainsi, l’université à réussi à développer un IA capable de gérer les emplois du temps, améliorer les cours, améliorer le suivi des élèves.

 

Avec le contexte actuel, et la crise sanitaire nous forçant à resté enfermés, le monde s’est intéressé énormément à la VR. Des sorties dans de grands musées y sont organisées, d’autres ne se rencontrent pour simplement discuter en face à face (sur VRchat par exemple). L’IA souhaite perfectionner notre expérience, améliorant donc notre expérience dans ces mondes virtuels. Mais les données collectées sont bien plus privées que nos goûts, notre âge et notre sexe. Peut-on totalement faire confiance à ces intelligences artificielles dans l’avenir ?

Répondre